Posted on

J’avoue que j’envie parfois les personnes qui arrivent à regarder toute une saison d’une série car la dernière fois que cela m’est arrivé… et bien c’était une semaine avant l’accouchement…. à la maison, nous essayons de suivre une règle simple: Pas de télé ni d’écran lorsque Solenn est réveillée… et comme elle ne fait presque pas de sieste…autant dire que nous allumons la télé qu’à partir de19h00…Je ne m’étendrai pas sur cette période assez particulière que nous traversons tous, ce confinement, cette distanciation physique avec nos proches sont autant de nouveau paramètre à prendre en compte dans notre quotidien. Mais nous avons décidé de puiser de l’énergie positive et de tirer le meilleur parti de cette période en famille. J’ai pu redécouvrir le rituel du coucher tous les soirs, voir les progrès de Solenn dans son développement moteur et ses premiers mots…

Je ne remercierais jamais assez Anne , une amie,  de m’avoir envoyé quelques semaines avant le confinement un retour sur un de mes articles où je me demandais ce que l’on peut faire avec un bébé en bas âge… sa liste m’a énormément aidée pour tenter des expériences.

Elle a eu la gentillesse d’interviewer sa soeur et des proches pour m’aider dans cette démarche : La liste des possibles semblait ambitieuse mais le temps étant devant nous, je n’ai pas hésité à tester ces activités in- / outdoor en adaptant à l’âge / conditions météo. 

Dans cet article je vais me concentrer sur les activités interieures car ce fut assez nouveau pour nous, qui allons normalement tous les jours dehors avec Solenn. 

  • Dessins avec des crayons de cire de type « crayola »:  c’est un classique qui permet de découvrir les couleurs, la texture du papier. L’avantage de ce type de crayons, c’est que cela se nettoie très bien sur le carrelage, les parois d’aquariums et/ou de terrarium (oui, tout a été testé…) 😉 
  • Découvrir les animaux de compagnie de la maison:
    • Interactions avec nos deux chats: apprendre à créer une relation bi-directionnelle, avec un peu de « Fingersptizengefühl » pour éviter de faire fuir un chat, canaliser le trop plein d’énergie pour apprendre à le caresser. Depuis maintenant deux semaines, Solenn appelle « Addis » et nous commençons à observer de beaux moments de rapprochement. Alors cette forme de jeu nécessite d’être vigilant et de pouvoir « lire » le langage corporel de ses animaux. Je ne le conseillerai pas avec un animal imprevisible ou qui « souffre » de l’arrivée de bébé dans la famille. 
    • Nourrir les poissons avec l’aide de son papa : Evidemment le premier essai s’est soldé par une tentative de manger la pastille pour le poisson… mais passé cet essai culinaire, on a pu intégrer le rituel du repas des poissons après son repas du soir. Cela permet d’ancrer un programme qui a de l’importance pour elle dans notre quotidien et lorsque l’on oublie, elle a appris à se faire comprendre en désignant ce qu’elle attend après le repas du soir. 
  • Imiter les crix d’animaux en français et en allemand : oui, en fonction de la langue, ils ne font pas le même cri…, aidé avec des livres comme support.
  • Dessiner avec une ardoise « magique » pour découvrir la sensation de tracer , gribouiller et lorsque l’intérêt pour cette ardoise magique a pu être suscité, il y a la possibilité de combiner avec le jeu du cri des animaux. Un des parents faire un cri d’animal et l’autre le dessine, ensuite, on peut commencer à dessiner un animal et chercher un contact visuel avec notre enfant pour l’inciter à deviner l’animal (alors à notre stade, Solenn ne parle pas, elle reproduit le bruit de l’animal: si je dessine un mouton, elle va faire « määäh määäähhh », si je dessine un coq, elle va crier « gügülügüüüüü » (oui, elle crie le coq en suisse allemand….) Ca  permet aussi d’identifier comment elle cherche à communiquer et du coup, en se sentant « comprise » on évite certaines petites colères liées à cette frustration (choses que nous avions identifiées lorsqu’on ne passait pas autant de temps avec elle après la crèche)
  • Les jeux de constructions de type Duplo et les jeux d’imitations avec la ferme sont des classiques qui font plaisir à Solenn, mais aussi à nous deux 🙂
  • Les mini parcours que l’on peut mettre en place avec des objets simple comme petit marchepied (en sécurisant le sol évidemment ;-))

Peu importe le degré de sophistication de l’activité ou des moyens pour le faire, un petit rien permet de lancer un jeu de cri d’animaux ou de dessins ou susciter l’imagination et/ou l’imitation de bébé. L’important est de suivre son instinct et d’observer comment votre bébé « accueille » une nouvelle activité.

Plus d’information sur les jeux d’imitation pour pouvoir puiser des sources d’inspiration sur le site « Les pros de la petite enfance »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *